Skip to content

Le championnat du monde d'endurance FIA (WEC) a été créé en 2012 par un partenariat entre l'Automobile Club de l'Ouest (ACO) et la Fédération Internationale de l'Automobile (FIA). Il redonne ses lettres de noblesses aux courses longue distance, 20 ans après l’arrêt du Championnat du monde des voitures de sport (WSC : 1953-1992). Chaque année, il consacre dans des classements distincts les pilotes, équipes et constructeurs qui auront marqué le plus de points dans leur catégorie respective. 2021 marque le début d’une nouvelle ère pour la discipline, avec l’avènement de la très attendue catégorie Le Mans Hypercar en remplacement des prototypes LMP1.

Les courses

Pour la saison 2021, le Championnat du monde FIA WEC comporte 6 manches, en Europe, Asie et Moyen-Orient. La durée des courses varie, en fonction du circuit, de 6h pour les plus courtes (Spa, Monza, Fuji) à 24h pour la plus longue (Le Mans). A l’arrivée de chaque course, des points sont attribués aux 10 premiers selon le barème suivant : 25, 18, 15, 12, 10, 8, 6, 4, 2, 1 pt *. Chaque voiture figurant au-delà de la dixième place se verra attribuer 0,5 point. Enfin, un point supplémentaire est accordé dans chacune des catégories à l’équipe et aux pilotes de l’équipage de la voiture ayant obtenu la pole position.

* Deux types de course font état d’un barème spécifique :
- celles de 8 et 10 heures : 38, 27, 23, 18, 15, 12, 9, 6, 3, 2, 1 pt. Au-delà de la 10e place : 1 pt.
- les 24 Heures du Mans : 50, 36, 30, 24, 20, 16, 12, 8, 4, 2, 1 pt. Au-delà de la 10e place : 1 pt.

wec-reglement.jpg

wec-reglement.jpg
You must accept Social Network cookies to view this video.
Settings

 

Le règlement technique

Les véhicules à cockpit fermé engagés en FIA WEC se classent en 4 catégories distinctes : 2 catégories pour les prototypes (Le Mans Hypercar & Le Mans Prototypes 2) – véhicules créés exclusivement pour la course d’endurance – et 2 catégories pour les voitures sportives de séries modifiées (LMGTE Am ou Pro - Le Mans Grand Tourisme Endurance).

De leur côté, les pilotes sont répartis en 4 groupes en fonction de leur palmarès : Platine, Or, Argent ou Bronze. Cette classification permet de définir les équipages autorisés à concourir selon les catégories.

Hypercar

Grande nouveauté de 2021, la catégorie est amenée à voir deux types de voitures s’illustrer :

  • LMH (Le Mans Hypercar, dès 2021)
  • LMDh (Le Mans Daytona hybride, à partir de 2022)

Le but étant que ces deux types de montures puissent s’affronter aussi bien en FIA WEC et aux 24 Heures du Mans, que dans la série américaine IMSA WeatherTech SportsCar Championship, dont les 24 Heures de Daytona constituent le temps fort.

En 2021, seules les Le Mans Hypercar sont autorisées, avec une exception faite pour les ex LMP1 privées, à l’instar de celle utilisée par l’Alpine Elf Matmut Team. Basée sur le principe des fenêtres de performance, qui fixe des valeurs minimales et maximales pour des éléments tels que la puissance (500 kW), le poids (1030kg) ou l’aérodynamique, la règlementation Hypercar autorise les constructeurs à concevoir intégralement leur propre prototype, avec la liberté d’opter pour différents types d’architecture. Elle a d’ailleurs déjà suscité l’adhésion du Toyota Gazoo Racing, du Glickenhaus Racing et du ByKolles Racing pour cette année, avant l’arrivée de Peugeot Sport en 2022. Comme pour la classe LMP1, des unités de puissance hybrides ou non hybrides, avec transmission à l’essieu arrière ou aux deux essieux, sont admissibles. Une balance de performance permettra de garantir l’équité sportive entre les différents modèles alignés.

À partir de 2022, la catégorie s’ouvrira aux constructeurs ayant choisi de courir selon la règlementation LMDh. Cette dernière disposera d’une base technique commune, en imposant le recours à un certain nombre de pièces standardisées. Le châssis devra en effet provenir de l’un des quatre constructeurs suivants : Dallara, Multimatic, Ligier ou Oreca. Le système hybride sur le train arrière sera également commun. Chaque constructeur pourra en revanche élaborer sa propre carrosserie et son propre moteur. Et comme pour les Le Mans Hypercar hybrides, les LMDh afficheront une puissance totale cumulée (moteur thermique + système hybride) de 500 kW pour un poids minimum de 1030 kg, avec là encore une balance de performances garantissant une équivalence des performances. Porsche Audi et Acura ont d’ores et déjà annoncé leur retour en Endurance dans le cadre du LMDh.

Véhicules :

  • Poids minimum : 1030 kg
  • Balance de Performance : garantie l’équité du plateau
  • Puissance maxi : 300 kW
  • Manufacturier unique de pneumatiques : Michelin
  • Contrôle des coûts : budget réduit de 80 %

Equipages :

  • les pilotes Bronze ne sont pas admis.

LMP2

Cette catégorie est particulièrement investie par les équipes privées indépendantes. Le moteur est imposé à l’ensemble des participants, actuellement le V8 4.2 L atmosphérique de 560 chevaux développé par Gibson. Seuls 4 châssis sont homologués pour la course : Oreca, Ligier-Onroak Automotive, Dallara, Riley Tech/Multimatic.

Véhicules :

  • Le coût de production du prototype, hors moteur et équipement électronique, ne doit pas dépasser 483 000€
  • Cylindrée : V8 de 4,2 litres, 400kW
  • Poids min. 950 kg
  • Capacité du réservoir : 75 litres
  • Fournisseur unique de pneumatique : Goodyear

Equipages :

  • Un équipage de 2 ou 3 pilotes doit comporter au minimum 1 pilote Argent ou Bronze.

LMGTE (Pro/Am)

On y retrouve les modèles sport des plus grands constructeurs : Ferrari, Aston Martin, Porsche, Chevrolet…

La LMGTE Pro est la seule catégorie réservée aux équipes d'usine. Celles-ci font appel exclusivement à des pilotes professionnels. Le véhicule est issu d’une voiture de route construite à 100 exemplaires (25 pour un « petit constructeur », 300 pour un châssis carbone). La version « course » conserve les formes du modèle « civil » dont elle est issue. Le moteur doit conserver son emplacement, son orientation et sa position d'origine. Il peut toutefois être reculé pour les voitures fabriquées au minimum à 2 500 exemplaires pendant 12 mois consécutifs.

En opposition au suffixe « Pro », « Am » désigne la classe GTE réservée à la compétition client, les voitures de la classe GTE Am répondent au même règlement que les GTE Pro, mais elles doivent avoir au minimum un an d’existence. Ainsi, elles ne peuvent bénéficier des dernières évolutions. Elle permet aux pilotes amateurs de se confronter aux professionnels (LMGTE Pro) sur un pied d’égalité.

Véhicules :

  • Cylindrée max. : 5500 cm3 pour les moteurs atmosphériques / 4300 cm3 pour les moteurs turbo
  • Poids min. 1 245 kg
  • Capacité du réservoir : Entre 90 et 105 litres

Equipages

  • LMGTE Pro : la composition des équipages est libre.
  • LMGTE Am : au minimum 1 pilote Bronze et 1 pilote Bronze ou Argent.

Engagés 2021

  • 33 concurrents
  • 12 nationalités différentes

3’30’’00

Le temps au tour estimé aux 24 Heures du Mans pour les nouveaux prototypes de la catégorie Hypercar

Les constructeurs

  • Alpine
  • Ferrari
  • Porsche
  • Toyota
Journée Test 24H du Mans - France - 2019